lundi 10 mars 2014

Isolation au 1er étage (Salon / Cuisine)

L’électricité étant en place, passons à l'isolation.

La cuisine, orientée Nord/Est, recevra une isolation de 100 mm d'épaisseur.

100 mm à gauche, sur un mur plutôt orienté Nord

Le mur opposé, mitoyen, recevra pour sa part une petite isolation de 45 mm. C'est un mur mitoyen donc il ne nécessite pas une isolation importante.

Derrière se trouve le voisin, ça servira plus d'isolant phonique que thermique

Le mur faisant la jonction des 2 derniers cités, devait dans un premier temps recevoir une isolation de 45 mm. Mais comme il se trouve au nord, je vais doubler l'épaisseur. Pour cela, j'ai commencé par poser une couche d'isolation (plaques de laine de verre) à la vertical.


Pour la seconde couche, je pose les plaques à l'horizontal. Cela permet une meilleure isolation, de manière à empêcher l'air de circuler entre les plaques.

Empilement de 2 couches de laine de verre de 45 mm

Attention par contre à bien retirer le kraft sur la première couche. Ceci pour éviter que la condensation ne se forme à ce niveau, ce qui aurait pour effet d'abîmer la laine de verre, et donc de détériorer votre isolation.

La seule couche de kraft doit-être celle qui se trouvera côté intérieur de la maison, soit côté plaque de plâtre.

Comme pour l'étage supérieur, les cloisons intérieures recevront une isolation de 70 mm (cloison des toilettes).

Isolant de 70 mm

Comme par magie l'électricité réapparait !

L'isolation est maintenant terminée, passons au placo !

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération d'isolation vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

samedi 8 mars 2014

Électricité au 1er étage (Salon / Cuisine)

Je m'attaque maintenant à l'électricité du salon, de la cuisine et du WC. Rien de bien différent par rapport à l'étage supérieur, je vous invite d'ailleurs à consulter l'article si ce n'est pas déjà fait.

Avant d'attaquer, il faut faire le plein !

En fait je vais juste comparer les deux niveaux. Pour celui-ci, cela a été globalement plus facile... Je dirais que ça vient des structures métalliques, la technique des fourrures fait que pour le moment je ne rencontre aucun obstacle pour passer les gaines...
Il faut dire également que l'agencement des pièces fait que c'est bien plus simple, et que les branchements se font en chaine...

Mise en place grossière des câbles

Les gaines rangées c'est mieux...

Un plafond bien rempli !


Par contre, j'ai utilisé beaucoup plus de câbles il me semble... Je dirais que c'est à cause des éclairages sur lesquels je n'ai pas lésinés, les télérupteurs, et tous les câblages multimédia...

La petite réserve



Ce travail peut se faire seul, mais à 2 c'est mieux, surtout dans les faux plafonds de brique... Par contre, pour tirer des câbles dans les gaines, être deux me parait indispensable !

En tout cas, ce fut un gros chantier mine de rien, mais c'était la partie la plus facile au niveau électricité, le raccordement de tout ça au tableau va être une autre paire de manches !

Ça ne va pas être drôle à câbler tout ça !


Maintenant, place à l'isolation !

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération de câblage vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

vendredi 7 mars 2014

Ossature cloison du salon et de la cuisine

Après pas mal de travaux préparatoires, j'ai enfin attaqué la mise en place des ossatures métalliques au 1er étage.

Précédemment, j'avais fait un montage de rails et de montants, que ce soit pour les cloisons intérieures, ou pour l'isolation des murs par l'intérieur. Tout simplement car je connaissais cette technique, et qu'elle était moins chère que d'autres solutions.

Mais pour la cage d'escalier, qui fait environ 5m de haut, faire tenir un rail central (donc à environ 2m50 du sol, sur un axe horizontal), cela me paraissait compliqué et surtout j'avais l'impression que ça relevait plus du bricolage à 2 balles qu'autre chose.

La cage d'escalier

J'ai donc opté pour une technique différente, à savoir l'utilisation d'appuis de maintien d'isolant et de fourrures F530. L'ensemble est plus cher que l'utilisation de montants, mais c'est mieux, et cela permet aussi d'utiliser des épaisseurs d'isolation supérieures à 50 mm, ce qui représente quand même globalement la majorité des cas.

Alors comment ça marche ? Il suffit de mettre des rails au sol et au plafond là où vous souhaitez voir la cloison.

Rail en haut et bas avec fourrure verticale qui vient se caler dedans...


Ensuite il faut fixer les appuis au mur en faisant des rangées sur la hauteur, rangées à espacer comme d'habitude de 60 cm pour permettre une fixation efficace des plaques de plâtre.
 
Appuie ISOVER

Une fois cette partie du travail effectuée, il faut installer électricité et isolation avant de continuer, enfin surtout l'isolation, pour l’électricité on peut toujours se débrouiller après. Rien ne vous empêche d'isoler dans un premier temps, mais pour l'étanchéité thermique, il est évident que c'est bien plus simple avant la pose des fourrures, de plus les appuis permettent d'embrocher les isolants pour les faire tenir.



Ensuite il suffit de mettre les cavaliers sur les entretoises (ce sont les 2 éléments composant les appuis), à vous de recouper les entretoises si celles-ci sont trop grandes. Ensuite il ne reste plus qu'à fixer les fourrures, calées dans les rails inférieurs et supérieurs, et le tour est joué !

Avant et après...

Petite précisions concernant les appuis. Sur un mur droit, la technique classique consiste à fixer une fourrures au mur de manière verticale, qui servent de support à vos appuis. Cela permet ensuite de varier s'il le faut la hauteur de ces derniers.
Mais si votre mur n'est pas droit, le système avec fourrure ne va pas convenir. Il existe donc des appuis à visser, et non à clipser. Vous mettez ces derniers à même le mur, puis vous les coupez pour ajuster la longueur. A couper d'ailleurs de préférence après la pose de l'isolant, car la pointe permet de bien embrocher ce dernier.
J'ai moi-même employé les 2 techniques.

Fixation d'une fourrure au mur pour soutenir les appuis

Contour de fenêtre terminé !

Un appui clipsé dans une fourrure


Sur l'ensemble de ce niveau, j'ai donc utilisé les 2 solutions, en fonction des contraintes qui m'étaient imposées.

Maintenant, passons à l'électricité !

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

mercredi 11 décembre 2013

Ameublement

Les travaux avancent à leur rythme, mais ils ne sont pas encore terminés

Cela ne m’empêche pas de commencer à voir un peu plus loin et à m’imaginer dans ma maison. Quel mobilier ? Quel éclairage ? etc. J’ai quelques idées précises sur certains éléments, sur d’autres non.

De temps en temps, je parcoure donc le web pour me projeter un peu.

Dans le salon, je souhaite un lampadaire qui redescende vers le milieu du canapé. J’avais déjà trouvé des modèles de ce type qui me plaisent bien, c’est du genre plutôt old school, mais c’est bien revenu à la mode.

La semaine dernière, je suis tombé sur ce modèle bien sympa :



Du coup j’ai continué de parcourir ce site (http://www.retroeurope.com/fr/), qui propose pas mal de produits différents, tous design, avec un style un peu retro. J’aime d’ailleurs beaucoup la table basse en verre et bois :




Donc si ce style vous branche et que votre budget est adapté, vous pouvez vous rendre sur : http://www.retroeurope.com/fr/

mercredi 20 novembre 2013

Construction du WC au 1er

Lorsque j'ai acheté la maison, au 1er étage se trouvait la salle de bain, elle était composée d'une baignoire, d'un WC et d'un lave-main.

Rien ne m'allait là dedans, la pièce étaie plutôt mal placée, la baignoire était ridicule, sans parler du fait qu'il était préférable d'avoir la salle de bain au 2nd, proche des chambres (je ne parlerais pas de la marche du toilette, de la porte vitrée affreuse, de la chasse d'eau des années 50, j'en passe et des meilleures).

La salle de bain d'origine, le confort absolu
(il vous manque l'araignée dans la baignoire "sabot", le top ! :)


Comme pour tout le reste de toute façon, j'ai tout cassé pour tout refaire, mais différemment... Je vais donc garder au 1er uniquement le lave-main et le toilette. Cette pièce se trouvera au même endroit, mais les proportions et la disposition seront changées.

On casse tout !


J'ai tout d'abord commencé par dessiner au sol le volume de la pièce pour me rendre compte des proportions à l’état réel, ce qui parle bien plus qu'un plan dont les mesures ne peuvent être considérées comme totalement exactes...

Tracé des cloisons au sol, "meubles" en place, tout va bien ?


J'ai également posé la cuvette au sol, et un carton symbolisant le volume du lave-main. Cela m'a permis de voir si chaque élément disposait de son "espace vital" nécessaire.

Une fois tout cela validé, j'ai attaqué le montage des structures métalliques (rails et montants), tout en mettant la porte.

Les rails sont posés au sol, à priori tout va bien, on peut continuer...

Test de mise en place de la porte



La porte est en place


Il a ensuite fallu penser à l'évacuation des eaux usées. Pour cela je vais réutiliser une partie de l'ancienne tuyauterie, mais en la recommençant à partir du sol, cette dernière remontant depuis le garage.

J'ai ensuite refait 2 tranchées pour faire passer les tuyaux, celui du WC, et celui du lave-main.

Une partie de l'évacuation pré-montée avant de la coller au reste

La totalité de l'évacuation est en place

L'évacuation du lave-main vient se plugger sur le diamètre 100 du toilette.

Pour ceux qui se posent des questions sur la tuyauterie des évacuations d'eaux, je referais un petit sujet un peu plus tard axé plomberie.

Suite au prochain épisode...


Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération de plomberie vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

mercredi 13 novembre 2013

Petit point après 1 an et demi de travaux

J'avais effectué un petit point pour les 1 an, et je me suis dit qu'il serait intéressant d'en faire un après ces 6 nouveaux mois écoulés...



Après ce lapse de temps, je n'ai pas l'impression d'avoir beaucoup avancé... En réalité, j'ai bouclé quelques chantiers intéressants (béton et ragréage au sol du 1er étage qui donne un aspect propre et presque fini, le changement de compteur EDF), mais je sais aussi que j'ai globalement assez peu travaillé dans la maison. C'est un peu et toujours la même rengaine, mais cela s'explique par 3 choses.

Cette fois, je ne crois pas que la lassitude ai eu un rôle important. J'ai surtout le dossier EDF qui a été très chronophage, et qui m'a empêché de bosser à d'autres choses au niveau du 1er étage (celui qui n'avait presque pas bougé depuis la destruction).

Depuis fin septembre, un heureux évènement me prends également beaucoup de temps :)

Et enfin, malgré pas mal de matériaux déjà achetés, j'ai sans arrêt des achats à effectuer, et je dois dire que ma marge de manœuvre est extrêmement réduite au niveau finances... Aujourd'hui, j'approche les 18 000 € investis au niveau des travaux (matériaux, outillage, meubles).

Aujourd'hui, j'en suis à l'étape des structures métalliques au 1er. C'est à cet étage que tous les efforts vont être mis dans les semaines qui viennent, il faut dire qu'au niveau construction, c'était un peu vierge à ce niveau là.



Je vais certainement faire un peu de plomberie. Ensuite il y aura l’électricité, l'isolation, et enfin le placo. 3 étapes qui devraient se faire "assez vite", je table sur fin décembre comme échéance. Mais mon temps libre et mes finances conditionneront tout cela...

Il fait aussi nuit dès 17h30 maintenant, ce qui ne facilite pas les travaux, sans parler du froid qui s'incruste petit à petit à l'intérieur des murs... Malgré tout, je vais essayer de me débrouiller :)

dimanche 27 octobre 2013

Enlever des dalles de lino (dalles PVC)

Lorsque j'ai acheté la maison, le sol du salon était composé de cette façon : un paquet, sur lequel était collé des dalles de lino, sur lesquelles se trouvait un autre revêtement lino, sur lequel se trouvait ensuite un carrelage... Ouch !

Mon projet consiste à mettre un nouveau carrelage. J'aime bien le parquet, mais malheureusement l'actuel ne fait pas la totalité de la pièce, donc cela m'obligerait à avoir 2 revêtements différents, pas top.

J'ai donc décidé de tout bazarder, cela me fera gagner de la hauteur de plafond (wouah énorme, 2 cm de plus ! :) ) mais c'est surtout que carrelage et lino anciens étaient mal posés. Je fais donc ça pour que mon propre carrelage soit posé sur un sol de qualité de manière à éviter toute fissure.

Les deux premières couches sont parties vraiment très facilement (ben oui, travail de cochon, je me demande même comment ça a pu tenir jusqu'à mon arrivée). Par contre, la dernière couche de lino, aille aille aille !




Il s'agit de carreaux de 33cm de côté. Ils sont très très très bien collés eux pour le coup. Donc j'ai commencé par essayer de les enlever avec une pince, cela fonctionne, durement, mais on fini par y arriver. Parfois, tout vient (en fait uniquement ceux qui sont en périphérie de la pièce, certainement qu'ils avaient mis moins de colle le long des murs), mais souvent pour ne pas dire tout le temps, la colle, et surtout la mousse en partie inférieure du lino restent collés... Et moi c'est justement la mousse qui m'embête... Parfois, c'est tellement bien collé, que j'arrive même à arracher des bouts de parquet !


Se faire aider par une pince, indispensable !

Bel exemple de mousse qui reste collée au sol

Spatule pour enlever colle et mousse


Donc avec une spatule, et bien on gratte, on gratte... Sauf que j'ai fait un petit calcul, je mets 1h pour enlever 6 dalles... Pour une pièce contenant grosso merdo 220 unités ! Hop, petit calcul simple, ça fait presque 37h de travail rien que pour ça !!! Maman ???
Après quelques heures passées à enlever ces dalles, j'ai testé le temps d'une après-midi à deux, ça va plus vite, mais toujours pas assez.

Heuuuu..., je crois qu'il en reste encore pas mal !



J'ai donc décidé de me tourner vers la technologie (et mon porte feuille). J'ai donc dit bonjour à Monsieur l'outil multifonction MT300KA de chez BLACK&DECKER pour ne pas le citer. On lui colle la petite spatule au c... devant, et on gratte !

Outil multifonction Black&Decker MT300KA


Bon ben là ça va tout de suite mieux, c'est pas miraculeux, mais je vais toujours plus vite. La spatule n'est pas vraiment super grande, et comme les dalles sont très rigides, je ne peux pas les décoller avec l'outil. Je suis donc obligé d'arracher la dalle manuellement (ce qui est relativement chiant il faut bien le dire), puis je gratte ensuite la colle et la mousse restante avec l'appareil, et c'est là que le gain de temps est notable, puisque j'arrive à 12 dalles par heure, soit 2 fois plus qu'avant...

Ah tout de suite ça va beaucoup mieux,
elle ne fait plus la maligne la mousse hein ?


Attention toutefois à ne pas trop faire la brute pour éviter d'abîmer le parquet en dessous. Bon moi je bourrine car je remets du ragréage puis du carrelage, mais pour les autres, il faut rester un minimum soigneux.

Le sol est enfin prêt à accueillir le ragréage !


Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !