lundi 22 février 2016

La peinture du salon

C'est avec un grand soulagement que j'attaque la rédaction de ce billet, car oui, si je peux parler de peinture aujourd'hui, c'est que l'étape précédente, à savoir le plâtre, est terminée !

Je peux donc attaquer la peinture du 1er étage (salon, cuisine, toilettes), de la cage d'escalier ainsi que du palier du 2ème étage.

L'idée c'est de passer la sous-couche sur l'ensemble des pièces citées, puis de peindre en totalité l'ensemble des plafonds. Les autres murs attendront que le carrelage soit posé.
J'ai choisi de faire comme ceci car la pose de carrelage ne se fait jamais sans quelques cochonneries, je préfère donc peindre les murs en dernier.

Le choix de la peinture :


Selon la peinture que vous allez acheter, le travail sera un peu différent. Avec certaines peintures, une passe (un passage) suffira, avec d'autres, vous passerez 2 à 3 fois...
Avant la "peinture", la sous-couche (qui est aussi de la peinture rappelons-le) est très importante, car meilleure elle sera, meilleure sera votre application de la peinture. Alors mon conseil, ne pas la jouer à l'économie, car étrangement, c'est là que vous allez dépenser plus, je m'explique :
Avec une bonne peinture, vous ne passerez qu'une passe, car elle aura bien recouvert votre mur. En bas de gamme, vous serez peut-être obligé de passer une seconde fois. Sortons les calculettes : un pot bas de gamme vaut 35€ (peu importe le prix et la quantité, c'est juste pour l'exemple), un de gamme supérieur, on va dire 95€.
Avec la bonne peinture plus chère, vous n'aurez besoin que d'un seul pot, soit 95€. Avec votre peinture "premier prix", vous serez peut-être obligé de passer une seconde couche. Calcul très simple, 2x35€=70€.
Maintenant, si vous n'êtes pas trop bête, vous verrez que d'un coté vous aurez passé 95€ pour 1 journée de travail, de l'autre vous aurez dépensé 70€, mais cela vous aura "coûté" une journée de travail supplémentaire, soit 2 jours...

Pour moi, le calcul est vite fait...

Et là je ne parle pas de la peinture qui vous obligera à passer 3 couches... Ce conseil est valable autant pour la sous-couche que pour la peinture !

Petite infographie pour illustrer mon propos

L'autre choix qui s'imposera à vous, c'est le type de peinture : mat, satin ou brillant.
Là c'est un choix très personnel, mais si je dois vous donner mon avis, je partirais sur le tout mat. En effet, dans un premier temps je souhaitais utiliser uniquement de la peinture satin, je pensais que ça donnerait un aspect "soft" assez sympa, mais après avoir peint ma cage d'escalier en blanc satin, j'ai tout de suite décidé d'arrêter. En effet, le satin donne un aspect brillant qui ne me convenait absolument pas.


La peinture mat :


Bon marché, elle présente néanmoins l'inconvénient d'être poreuse et non lessivable. De plus elle est moins résistante aux coups. Toutefois, elle a l'avantage de masquer plus facilement les défauts du support.

La peinture satinée :


Cette peinture est facile d’entretien, souvent utilisée en salle de bain, mais peut être utilisée dans toute la maison.

La peinture brillante :


Elle a tous les avantages et les inconvénients de la peinture satinée, mais encore plus accentués. La salle de bain est la pièce où l'on utilise le plus cette peinture.


Le choix des outils :


Personnellement j'ai acheté un pack peinture, dans lequel j'ai toutes les tailles de pinceau, et des rouleaux.
J'ai classiquement utilisé un rouleau autant que j'ai pu, puis un pinceau pour faire les angles de mur rentrant et les contours de bloc électriques (interrupteurs / prises). Déjà cela vous donne une bonne indication, rien ne sert d'avoir 50 outils différents, sauf contraintes particulières (je pense aux vieux radiateurs en fonte qui nécessitent un pinceau spécifique).
Par contre, je ne suis pas fan du pinceau, il laisse des marques (traces de poils). Du coup j'ai testé avec un petit rouleau, et cela fonctionne très bien, même si je n'y croyais pas au début, de plus je trouve l'application de la peinture beaucoup plus rapide.
Ne jetez pas le pinceau pour autant, je l'utilise encore pour les boiseries (contours de portes principalement).


Conseil technique :


Après le conseil choix du produit et des outils, voici le conseil technique de peinture.
Il est conseillé de passer votre rouleau d'abord dans un sens, puis ensuite dans l'autre (d'abord axe horizontal, ensuite axe vertical, par exemple). De cette manière, vous obtenez une peinture uniforme qui ne laisse pas de trace.
La théorie dit également que le second passage de rouleau doit se faire dans le sens de la fenêtre, dans l'axe de la lumière. Ce conseil est à suivre dans la mesure du possible, car si je prends mon cas, j'ai difficilement pu en tenir compte.


Dernière chose,  j'ai pu constater (m'enfin maintenant je crois que je vais pouvoir le dire pour tous les chantiers) que ce n'était pas aussi rapide à faire que ça en avait l'air... Dites-vous bien que l'on ne peint pas une pièce en 2h...

En tout cas, le résultat est là, et ça fait plaisir !

1 passe de sous-couche au mur/plafond + 1 passe de peinture au plafond

J'en profite pour introduire cette petite nouveauté au niveau affichage d'images, j'espère que cela vous plaira :)


Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération de peinture vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

lundi 25 janvier 2016

Installation des profils d'habillage des fenêtres

Dernière étape concernant le remplacement des fenêtres simples vitrages par les nouvelles, il s'agit des profils d'habillage.

En effet, on peut remarquer qu'une fois la nouvelle fenêtre posée, on voit encore le cadre bois de l'ancienne fenêtre.

Avant (pour le moment il n'y a que le profil haut)


Alors si vous regardez bien votre nouvelle fenêtre, vous verrez qu'il y a une petite rainure qui en fait tout le tour. C'est dans cette dernière que l'on insère les profilés.

Bon il n'y a rien de compliqué, on mesure, on coupe, on insère, et le tour est joué !
La seule difficulté que j'ai rencontré, ce sont des petits défauts de la niches qui font que la découpe n'est pas droite et oblige à s’enquiquiner un peu...

Je me suis posé également la question de l'ordre de pose, je ne suis pas sûr d'avoir trouvé la réponse, mais j'ai personnellement procédé comme ceci-ci :

J'ai commencé par le bas, là pas d'erreur possible, je suis certain qu'il faut commercer pas cela :) Tout simplement car en cas de pluie, l'eau coule de haut en bas, et finie donc par couler sur la partie basse. Cette dernière reçoit donc l'eau et doit la faire couler sur le devant de la fenêtre car ce morceau dispose d'un léger pan incliné. En mettant les parties supérieures par dessus, cela évite l'infiltration d'eau sur l'ancien dormant, et ainsi que cela pourrisse. Bon ceci dit, une fois les profilés installés, on doit mettre du joint silicone partout pour éviter les infiltrations...

Ensuite, on met la partie haute, sur toute la largeur de la niche. Il ne reste plus qu'à prendre les mesures pour les deux parties de droite et de gauche.

L'installation des profilés dans les rainures n'est pas aisée, je vous conseille d'utiliser un maillet ou un marteau avec cale pour vous aider.

Après...


On fini par mettre le silicone partout, sauf sur la partie inférieure du profilé du bas, comme vous avez normalement l'appuie de fenêtre ou votre niche en légère pente, l'eau ne remontera pas. Cela permet tout simplement au dormant en bois caché sous la fenêtre en pvc de respirer, et ainsi d'éviter toute pourriture nuisant à la tenue de votre nouvelle fenêtre...

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

dimanche 10 janvier 2016

Joints bandes de plâtre

Maintenant que les plaques de plâtre sont posées, il va falloir s'attaquer à la finition : les joints bandes de plâtre.


Plaques posées, reste à faire les joints...

Depuis le début, c'est vraiment une étape que je ne voulais pas faire, je savais que cela allait être long, "chiant", salissant... et dur !

D'ailleurs en parlant de difficulté, le premier joint effectué a été catastrophique, cela augurait vraiment du meilleur pour la suite...

Mais en reprenant tranquillement et méthodologiquement tout cela, finalement ça se fait bien. Tout d'abord, première remarque, j'avais acheté dans un premier temps des bandes à papiers classiques pour les murs et plafonds, et des bandes à papiers renforcées pour les angles sortants (par exemple les angles d'un pilier sont des angles sortants, les angles d'une pièce sont des angles rentrants).
Donc suite au premier test, j'ai acheté en complément des bandes grillagées autocollantes, ainsi que des cornières métalliques pour les angles sortants (bien que n'ayant fait aucun test de bande papier renforcée, je n'avais pas trop confiance, et je me suis dit qu'avec un enfant, je préférais faire au plus solide, l'expérience personnelle parle).

J'ai donc commencé par les murs, le plus facile. Rien de bien compliqué, les plaques sont moins épaisses dans le sens vertical sur les côtés (bord amincis), ce qui permet de mettre la bande, le plâtre, sans que cela ne fasse de surépaisseur au final.
Avec une bande classique en papier, il faut dans un premier temps mettre du plâtre (une fine épaisseur), puis mettre la bande papier (bon là c'est l'étape délicate, il faut absolument éviter les bulles d'air), puis recouvrir d'une autre couche de plâtre, et là le but c'est de remplir jusqu'à ce que ce soit bien aligné entre les 2 plaques.
Mais j'ai fait plus simple, j'ai utilisé de la bande grillagée autocollante. Avec ça, pas besoin de la première couche de plâtre, il suffit de coller la bande entre les deux plaques. Une fois que c'est fait, on applique l'enduit.

Bande grillagée autocollante
Alors avec mon enduit et ces bandes grillagées, il fallait bien que je passe 2 voir 3 fois de l'enduit. En effet, le plâtre que j'utilisais réduit légèrement de volume en séchant (certainement du à l’évaporation de l'eau), mais surtout l'enduit passe au travers de la bande grillagée (voir photos).

Ensuite je me suis attaqué aux plafonds. Attention, là pas de bandes grillagées (c'est clairement indiqué sur l'emballage des bandes, mais je n'en connais pas la raison exacte), donc obligé de passer par la bonne vieille bande papier. Bon rien de neuf, on applique la même technique telle que je l'ai expliquée plus haut.
L'important, ce qui est même primordial, c'est d'éviter toute bulle d'air sous la bande. Pour se faire, il faut que le plâtre (première couche), soit mis de manière homogène. Ensuite, une fois la bande en place, avec votre taloche, il faut bien aplatir la bande, fermement, de manière dans un premier temps à enlever le surplus d'enduit, mais surtout à faire sortir l'air qui serait emprisonné sous la bande.
Pour finir, il faut appliquer la seconde couche de plâtre, sur la bande cette fois...


Et voici le meilleur moment : le ponçage !

Rien de compliqué dans cette étape, ce qui en fait un moment désagréable, c'est juste sa longueur, sa répétition, sa poussière...

Donc évidement, une fois l'enduit sec, il faut le poncer... Mais parlons d'abord des outils.
Il existe la basique cale à poncer, pas chère, mais efficace. Pour les feignants, on peut prendre la ponceuse électrique. Forcément plus chère, mais pas forcément plus pratique. Enfin, pour les plus fortunés d'entre vous, la girafe. Outils adapté au ponçage de plafond, mais après tout il s’utilise également sur les murs. Cher, mais fatiguant.

J'ai déjà testé les 2 premières options, mais je n'ai pas encore eu le budget pour tester la girafe. Ceci dit, ce que je peux dire de mon expérience, c'est que la ponceuse électrique, cela représente tout de même un coût, et pour ma part, ce coût se doit d'être amorti. Hors, je n'ai pas l'impression d'aller plus vite à l'outil électrique, j'ai l'impression d'être moins précis, cela fait un bruit insupportable, ça vibre, et donc donne une sensation très désagréable dans le bras. Sans parler du poids qui fini à un moment ou un autre par se faire sentir, surtout lorsque l'on s'attaque au plafond.

Alors que franchement la basique cale à poncer en mousse, moi je trouve ça top ! Cela fait faire un peu d'exercice physique, c'est toujours bon à prendre... Bon l'avantage des appareils, c'est que l'on peut éventuellement leur coller des aspirateurs au cul, ce qui peut quand même être le bienvenu, histoire d’avaler un peu moins de poussière...

Cale à poncer

Quand à la girafe, c'est cher, et lorsque je vois les commentaires sur leur poids et leur maniabilité sur différents sites de ventes, cela m'a toujours refroidi à investir, et la précision avec un tel appareil, je ne vois pas trop où aller la chercher...

Bref vous l'aurez compris, la cale à 8 €, pour moi c'est le top !

Concernant le ponçage en lui-même maintenant, je dois vous dire, pour ceux qui ne le savent pas encore, que je ne suis pas un professionnel, et un plâtrier rigolerait certainement très fort en me voyant faire. Je vous explique :

Une fois l'enduit sec, on ponce pour enlever les défauts, pour lisser l’ensemble. Sauf que comme vous n'êtes pas doué, des trous et des défauts sont encore présents, il faut repasser une couche d'enduit. Sauf que derrière il faut poncer une nouvelle fois. Le pro lui en général a fini à cette étape, voir à une troisième. Mais moi c'est un peu plus souvent... Je ne vous parle pas des oublis, ni des fois où j'ai trop poncé, etc. Enfin je trouve toujours une bonne raison pour repasser une énième couche d'enduit, donc bref, je n'en fini jamais...

Pendant...
...après

Voilà pourquoi c'est l'étape des travaux qui me saoule le plus !
Sinon, la qualité du travail que vous allez mettre dans le ponçage dépend également de la finition que vous allez faire sur ce mur. Si c'est pour de la peinture, là il faut que ce soit nikel, mais si vous allez mettre du papier peint, du carrelage, ou un autre parement, là en 1 ou 2 couches d'enduit c'est fini...

Mais après pas mal d'heures de travail, le résultat est là et cela fait vraiment plaisir d'avoir de beaux murs.

Résultat final, ponçage terminé

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération d'isolation vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

lundi 4 janvier 2016

Pose de parquet massif

Lors du choix du revêtement de sol dans ma chambre à coucher, plusieurs options s’offraient à moi : le lino, le carrelage, ou le parquet. Personnellement, je ne suis pas fan du lino. Je trouve ça un peu "cheap", même si les tendances actuelles ont légèrement redoré le blason de ce type de revêtement. Pour le carrelage, je trouvais ça peu adéquat pour une chambre. Je ne parle pas du tout de la moquette (quoiqu’en le mentionnant, je le fais, oups !), peu recommandée pour mon allergie aux acariens …

Bref, j’ai donc opté pour le parquet. Et là, un choix cornélien : dois-je opter pour la simplicité et le bon rapport qualité / prix du stratifié ? Ou bien pour le parquet massif, plus onéreux, plus compliqué à poser, mais plus joli et qualitatif ?

Le parquet stratifié : une pose rapide et facile

En ayant tout d’abord regardé le parquet stratifié, ce qui m’a le plus frappé, c’est la simplicité de la mise en œuvre. A partir du moment où le sol est plat, la seule préparation éventuelle est de mettre en place un isolant, que l’on trouve sous forme de plaque de mousse de plastique bleu. Cette étape est nécessaire si votre dalle n’est pas isolée, ou si vous poser votre parquet à l’étage sur un plancher bois.

Ensuite, pour poser le parquet, c’est « clic-clic ». Chaque lame s’emboite dans l’autre facilement. C’est ce qu’on appelle la pose flottante. Il n’y a pas besoin de fixer les lames au sol. Sur le pourtour du parquet, il faut penser à laisser un espace de 5 mm pour les plinthes. Attention, si vous laissez un espace trop grand, cela se verra et ne sera pas du plus bel effet.

Concernant le coût, on peut trouver du joli parquet à 15€ le mètre carré chez Leroy-Merlin. La gamme Artens est celle qui offre le meilleur rapport qualité / prix.

La pose du parquet massif : plus compliquée, mais le résultat vaut le détour !

Pour le parquet massif, il y a plusieurs types de pose : la pose flottante des parquets contrecollés, la pose collée au cordon des parquets, et enfin la pose clouée. C’est celle que j’ai choisi.


Parquet massif en bois exotique


Pour réaliser la pose à la mode clouée, il faut au préalable deux choses :
  • Quadriller le sol avec des lambourdes ou solives, avec un entraxe maximum de 40 centimètres
  • Utiliser un parquet massif dont l’épaisseur est d’au moins 20mm

Pour plus obtenir des résultats phoniques et thermiques des plus satisfaisants, il est recommandé par les spécialistes de la pose de parquet massif de ne pas sceller les lambourdes au sol, et de mettre un isolant de type panneau de fibre (épaisseur 9.5 mm) en dessous. Il est toujours possible de sceller les lambourdes directement sur la dalle, puis de clouer le parquet dessus, mais il y aura une plus grande propagation des ondes sonores, et une conductivité thermique plus importante.

Une fois les lambourdes posées, selon la méthode choisie, il ne vous reste plus qu’à clouer le parquet massif dessus.

lundi 12 octobre 2015

Le tableau électrique

J'avais dans un article précédent fait pars de mes choix concernant l'agencement du tableau principal.

J'ai depuis revu (légèrement) mes plans, par soucis de facilité de câblage, mais aussi parce quelques éléments supplémentaires sont apparus.

En tout cas, tous les câbles et gaines sont tirés, la GTL est en place, attaquons-nous au câblage du tableau !




J'ai dans un premier temps fait passer tous les fils et câbles dans la GTL, proprement, cela fait déjà un bordel de moins dans le coin (la photo parlera d'elle-même).




A ce stade, j'ai laissé le frangin s'occuper du câblage, cela m'a fait du boulot en moins, et puis le travail est certainement mieux fait, et plus vite (il n'est pas du métier, mais presque).

Là je pense que chaque personne emploie une technique de câblage qui lui est propre. Mon frère lui a câblé rangée par rangée, en commençant par la première. Puis il a fini par l’alimentation générale, du disjoncteur 500 mA au disjoncteur parafoudre.

Je peux juste rajouter que nous avons laissé, avant tout branchement, des bouts de gaine car ils contenaient les codes couleurs des câbles, qui nous servaient à les identifier, procédé évoqué dans cet article.



Pour le reste, je ne saurais vous donner plus d'information n'ayant pas effectué le travail moi-même...


Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération d'électricité vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

mardi 24 février 2015

Achat de la cuisine

Sur les dépenses qu'il me reste à faire, il en reste une majeure, à savoir la cuisine. Si vous suivez un minimum ce blog, vous savez qu'il me reste quand même pas mal de travaux à faire avant de penser à acheter une cuisine.

Oui vous avez certainement raison. Mais j'aime imaginer à quoi pourrait ressembler ma maison une fois terminée, j'aime savoir quels sont les coûts qui vont arriver pour avoir une vision sur le long terme de ma rénovation...

Donc depuis le début des travaux, j'ai imaginé ma cuisine, tout d'abord sur le papier, puis en simulation 3D.

Première esquisse 3D de la cuisine

Première esquisse 3D de la cuisine depuis la salle à manger


Ensuite, restait à savoir le coût d'une telle cuisine. Je me suis tout de suite dirigé vers l'outil de conception 3D d'Ikéa.
En effet, j'ai des amis qui ont réalisé leur cuisine dans cette enseigne, ils en sont content, et j'avoue avoir été assez surpris par la qualité des meubles, et leur coût "relativement bas" par rapport à un cuisiniste traditionnel (ceci dit, je trouve ça encore beaucoup trop cher pour ce que c'est).
De plus, l'outil disponible en ligne permet d'avoir instantanément une estimation chiffrée du projet, depuis chez soit. C'est tout de même assez pratique.

Plan depuis l'outil de conception Ikéa


Tout cela, c'était quand même il y a 2 ans maintenant. Dans ce laps de temps, la cuisine n'a pas évoluée. J'ai effectué quelques changements, mais globalement mon projet a été suffisamment bien pensé au début. Là où la réflexion a été un peu plus complexe, c'est sur le côté "design", à savoir le choix des couleurs de façade, et le choix du plan de travail.
Voici à quoi pourrait ressembler ma cuisine au niveau des couleurs de façade et de plan de travail :

Il s'agit d'un modèle Ikéa


Même si j'ai depuis le début toujours imaginé prendre ma cuisine chez Ikéa, j'ai tout de même demandé quelques devis chez des cuisinistes. J'avoue que ce que l'on me proposait me plaisait beaucoup, mais au final on finissait toujours sur un budget au minimum doublé pour une cuisine offrant les mêmes services et mêmes coloris... Le seul avantage, c'est la cuisine posée. Donc à priori, mon choix de prestataire se rapprochait de nouveau d'Ikéa.

Mon désir (en tout cas actuel), est d'avoir un plan de travail en pierre. Ikéa propose bien cela, mais je ne suis absolument pas convaincu par leurs produits, donc je pense faire mon achat ailleurs, chez un cuisiniste.
De plus, je préfère acheter mon électroménager sur Internet, pour avoir de bons prix, et pouvoir choisir vraiment le modèle qui me convient pour chaque élément. Je prendrais donc chez Ikéa le mobilier uniquement.

Alors pourquoi un achat maintenant ? Tout simplement parce qu'Ikéa propose 2 avantages pas du tout anodins pour moi. Le premier, celui que tout le monde peut voir tant ils communiquent dessus, c'est qu'en cette période de fin d'année, Ikéa propose 10 € de bon d'achat pour 100 € acheté en cuisine chez eux. Les plus médisants diront qu'il ne s'agit pas d'une promotion, ils auront raison, mais comme je pensais acheter un lit dans ce même magasin, cette offre me plaisait.
La seconde raison, c'est qu'en parallèle de la première offre, il est possible de payer en plusieurs fois, et surtout sans frais. Exactement ce qu'il me fallait pour financer la cuisine tout en continuant à acheter quelques bricoles afin de continuer les travaux.
Tout cela a donc précipité l'achat de ma cuisine. Achat effectué pendant les vacances de noël.
Pour info, si vous souhaitez également passer par Ikéa, prévoyez vraiment une grosse demi-journée dans le magasin, car le temps de passer pour tous les services (financement, cuisine), de charger vos caddies, de passer à la caisse, puis de charger votre camion, c'est vraiment, vraiment long...




Lors de mon passage à Ikéa, j'ai dépensé 2300 € de meubles. A tout cela, il me restera à ajouter les plans de travail, ce qui représente environ 2000 €, puis l’électroménager, qui représente environ 2100 €. Enfin, restera quelques bricoles à acheter comme les poignées (je n'étais pas encore décidé le jour de mon achat) ainsi que les éclairages de plan de travail ou de meubles.

Ce qui devrait faire une cuisine complète à 6500 € environ.

Vous pensez ne pas être capable de composer et d'installer votre cuisine vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

mercredi 14 janvier 2015

Retrait de mon ancienne cuve à fioul

L'ancien système de chauffage de la maison fonctionnait au fioul (ou fuel). J'avais donc dans le garage une grasse chaudière datant de 1978, ainsi qu'une "petite" cuve de 3000 litres pour stocker le fioul...


Cuve à fioul de 3000 litres


Comme j'ai décidé de me passer de ce système de chauffage, j'avais besoin de me séparer de tout cela car dans le garage, cuve et chaudière prenaient quand même une place relativement importante. De plus, j'ai prévu de réaliser mon arrivée d'eau, ainsi que les évacuations d'eau usées de la cuisine à l'emplacement actuel de la cuve à fioul.

Ancienne chaudière à fuel Buderus


Pour une fois, j'ai fait appel à un professionnel. L'idée de donner des coups de disqueuses dans une cuve remplie de gaz et de restes de fioul, cela ne m'enchantait guère. Donc en une matinée, l'entreprise a passé 2 heures à évacuer la cuve, et 2 heures sur la chaudière (qui a été minutieusement démontée pour pouvoir être réutilisée ailleurs).

Comme j'ai donné des coups de mains, et que je me suis absenté plusieurs fois, je n'ai même pas pensé à faire des photos de l'opération... Tout se perd !

Ce que je peux dire, c'est que j'avais lu pas mal de choses sur Internet concernant cette opération. A beaucoup d'endroits on nous met en garde sur les risques, et qu'il y a des procédures spécifiques à respecter.
Par exemple, pour éviter tout risque d'explosion, les entreprises remplissent la cuve de sable, ou d'eau afin d'évacuer les gaz dangereux.
Hors, mon prestataire n'a pris aucune de ces précautions, et a attaqué la cuve à la perceuse et à la disqueuse directement (ils sont ensuite passé à la grignoteuse).
J'avoue que sur le coup je n'étais pas rassuré, mais comme il s'agit de professionnels et qu'ils font cela tous les jours, je leur ai fait confiance...

Emplacement de la cuve vide

Voilà en tout cas une bonne chose de faite, je peux maintenant m'attaquer pleinement à la plomberie !


Vous pensez ne pas être capable de réaliser ce retrait de cuve vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !