mardi 24 février 2015

Achat de la cuisine

Sur les dépenses qu'il me reste à faire, il en reste une majeure, à savoir la cuisine. Si vous suivez un minimum ce blog, vous savez qu'il me reste quand même pas mal de travaux à faire avant de penser à acheter une cuisine.

Oui vous avez certainement raison. Mais j'aime imaginer à quoi pourrait ressembler ma maison une fois terminée, j'aime savoir quels sont les coûts qui vont arriver pour avoir une vision sur le long terme de ma rénovation...

Donc depuis le début des travaux, j'ai imaginé ma cuisine, tout d'abord sur le papier, puis en simulation 3D.

Première esquisse 3D de la cuisine

Première esquisse 3D de la cuisine depuis la salle à manger


Ensuite, restait à savoir le coût d'une telle cuisine. Je me suis tout de suite dirigé vers l'outil de conception 3D d'Ikéa.
En effet, j'ai des amis qui ont réalisé leur cuisine dans cette enseigne, ils en sont content, et j'avoue avoir été assez surpris par la qualité des meubles, et leur coût "relativement bas" par rapport à un cuisiniste traditionnel (ceci dit, je trouve ça encore beaucoup trop cher pour ce que c'est).
De plus, l'outil disponible en ligne permet d'avoir instantanément une estimation chiffrée du projet, depuis chez soit. C'est tout de même assez pratique.

Plan depuis l'outil de conception Ikéa


Tout cela, c'était quand même il y a 2 ans maintenant. Dans ce laps de temps, la cuisine n'a pas évoluée. J'ai effectué quelques changements, mais globalement mon projet a été suffisamment bien pensé au début. Là où la réflexion a été un peu plus complexe, c'est sur le côté "design", à savoir le choix des couleurs de façade, et le choix du plan de travail.
Voici à quoi pourrait ressembler ma cuisine au niveau des couleurs de façade et de plan de travail :

Il s'agit d'un modèle Ikéa


Même si j'ai depuis le début toujours imaginé prendre ma cuisine chez Ikéa, j'ai tout de même demandé quelques devis chez des cuisinistes. J'avoue que ce que l'on me proposait me plaisait beaucoup, mais au final on finissait toujours sur un budget au minimum doublé pour une cuisine offrant les mêmes services et mêmes coloris... Le seul avantage, c'est la cuisine posée. Donc à priori, mon choix de prestataire se rapprochait de nouveau d'Ikéa.

Mon désir (en tout cas actuel), est d'avoir un plan de travail en pierre. Ikéa propose bien cela, mais je ne suis absolument pas convaincu par leurs produits, donc je pense faire mon achat ailleurs, chez un cuisiniste.
De plus, je préfère acheter mon électroménager sur Internet, pour avoir de bons prix, et pouvoir choisir vraiment le modèle qui me convient pour chaque élément. Je prendrais donc chez Ikéa le mobilier uniquement.

Alors pourquoi un achat maintenant ? Tout simplement parce qu'Ikéa propose 2 avantages pas du tout anodins pour moi. Le premier, celui que tout le monde peut voir tant ils communiquent dessus, c'est qu'en cette période de fin d'année, Ikéa propose 10 € de bon d'achat pour 100 € acheté en cuisine chez eux. Les plus médisants diront qu'il ne s'agit pas d'une promotion, ils auront raison, mais comme je pensais acheter un lit dans ce même magasin, cette offre me plaisait.
La seconde raison, c'est qu'en parallèle de la première offre, il est possible de payer en plusieurs fois, et surtout sans frais. Exactement ce qu'il me fallait pour financer la cuisine tout en continuant à acheter quelques bricoles afin de continuer les travaux.
Tout cela a donc précipité l'achat de ma cuisine. Achat effectué pendant les vacances de noël.
Pour info, si vous souhaitez également passer par Ikéa, prévoyez vraiment une grosse demi-journée dans le magasin, car le temps de passer pour tous les services (financement, cuisine), de charger vos caddies, de passer à la caisse, puis de charger votre camion, c'est vraiment, vraiment long...




Lors de mon passage à Ikéa, j'ai dépensé 2300 € de meubles. A tout cela, il me restera à ajouter les plans de travail, ce qui représente environ 2000 €, puis l’électroménager, qui représente environ 2100 €. Enfin, restera quelques bricoles à acheter comme les poignées (je n'étais pas encore décidé le jour de mon achat) ainsi que les éclairages de plan de travail ou de meubles.

Ce qui devrait faire une cuisine complète à 6500 € environ.

mercredi 14 janvier 2015

Retrait de mon ancienne cuve à fioul

L'ancien système de chauffage de la maison fonctionnait au fioul (ou fuel). J'avais donc dans le garage une grasse chaudière datant de 1978, ainsi qu'une "petite" cuve de 3000 litres pour stocker le fioul...


Cuve à fioul de 3000 litres


Comme j'ai décidé de me passer de ce système de chauffage, j'avais besoin de me séparer de tout cela car dans le garage, cuve et chaudière prenaient quand même une place relativement importante. De plus, j'ai prévu de réaliser mon arrivée d'eau, ainsi que les évacuations d'eau usées de la cuisine à l'emplacement actuel de la cuve à fioul.

Ancienne chaudière à fuel Buderus


Pour une fois, j'ai fait appel à un professionnel. L'idée de donner des coups de disqueuses dans une cuve remplie de gaz et de restes de fioul, cela ne m'enchantait guère. Donc en une matinée, l'entreprise a passé 2 heures à évacuer la cuve, et 2 heures sur la chaudière (qui a été minutieusement démontée pour pouvoir être réutilisée ailleurs).

Comme j'ai donné des coups de mains, et que je me suis absenté plusieurs fois, je n'ai même pas pensé à faire des photos de l'opération... Tout se perd !

Ce que je peux dire, c'est que j'avais lu pas mal de choses sur Internet concernant cette opération. A beaucoup d'endroits on nous met en garde sur les risques, et qu'il y a des procédures spécifiques à respecter.
Par exemple, pour éviter tout risque d'explosion, les entreprises remplissent la cuve de sable, ou d'eau afin d'évacuer les gaz dangereux.
Hors, mon prestataire n'a pris aucune de ces précautions, et a attaqué la cuve à la perceuse et à la disqueuse directement (ils sont ensuite passé à la grignoteuse).
J'avoue que sur le coup je n'étais pas rassuré, mais comme il s'agit de professionnels et qu'ils font cela tous les jours, je leur ai fait confiance...

Emplacement de la cuve vide

Voilà en tout cas une bonne chose de faite, je peux maintenant m'attaquer pleinement à la plomberie !


lundi 27 octobre 2014

Sanitaires de la cuisine : la robinetterie

Le dernier gros chantier qu'il me reste, c'est la plomberie. J'ai déjà pas mal travaillé dessus, ce qui m'amène à imaginer mes futures salles d'eau et ma cuisine.

Pour ma salle de bain, j'ai déjà un robinet, il s'agit du Nobili chromé PLUS, robinet haut et très élégant, adapté à la présence d'un vasque sur plan.
Du coup, pour la cuisine, j'ai commencé à regarder et je me suis dit que partir sur un modèle assez proche serait pas mal. J'ai donc fait quelques recherches, et j'ai trouvé un modèle Grohe, le Concetto.

Grohe Concetto

La base est relativement proche du modèle Nobili, mais la partie haute est beaucoup plus arrondie.

Mais pour la cuisine, il existe une option que je voulais absolument, c'est le mousseur extractible. Pour ceux qui ne connaissent pas, le mousseur c'est l'extrémité du robinet par laquelle l'eau arrive. Avec cette option, on peut retirer le mousseur du mitigeur. En exagérant, c'est comme se retrouver avec un pommeau de douche à la main, ce qui permet d’amener librement la sortie d'eau où l'on veut. Concrètement, on pourrait dire que cela permet de faire la vaisselle plus librement, ou bien cela permet par exemple de mettre un grand seau dans l'évier pour le remplir...

Mitigeur avec mousseur extractible...

Et bien vous l'aurez compris, ce mitigeur dispose de cette option... Mon choix s'arrête donc sur celui-ci.

Après quelques recherches sur Internet, je l'ai trouvé au meilleur prix sur le site iSi sanitaire (https://isi-sanitaire.fr), site spécialisé dans la robinetterie, que ce soit pour cuisine ou salle-de-bain.

J'ai déjà un joli vasque pour ma salle de bain mais ils proposent également de très jolies choses, et pour toutes les bourses, donc voici une nouvelle adresse à mettre dans vos favoris pour ce type d'ameublements ou d'accessoires (mitigeurs d'éviers, etc.)...

lundi 10 mars 2014

Isolation au 1er étage (Salon / Cuisine)

L’électricité étant en place, passons à l'isolation.

La cuisine, orientée Nord/Est, recevra une isolation de 100 mm d'épaisseur.

100 mm à gauche, sur un mur plutôt orienté Nord

Le mur opposé, mitoyen, recevra pour sa part une petite isolation de 45 mm. C'est un mur mitoyen donc il ne nécessite pas une isolation importante.

Derrière se trouve le voisin, ça servira plus d'isolant phonique que thermique

Le mur faisant la jonction des 2 derniers cités, devait dans un premier temps recevoir une isolation de 45 mm. Mais comme il se trouve au nord, je vais doubler l'épaisseur. Pour cela, j'ai commencé par poser une couche d'isolation (plaques de laine de verre) à la vertical.


Pour la seconde couche, je pose les plaques à l'horizontal. Cela permet une meilleure isolation, de manière à empêcher l'air de circuler entre les plaques.

Empilement de 2 couches de laine de verre de 45 mm

Attention par contre à bien retirer le kraft sur la première couche. Ceci pour éviter que la condensation ne se forme à ce niveau, ce qui aurait pour effet d'abîmer la laine de verre, et donc de détériorer votre isolation.

La seule couche de kraft doit-être celle qui se trouvera côté intérieur de la maison, soit côté plaque de plâtre.

Comme pour l'étage supérieur, les cloisons intérieures recevront une isolation de 70 mm (cloison des toilettes).

Isolant de 70 mm

Comme par magie l'électricité réapparait !

L'isolation est maintenant terminée, passons au placo !

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération d'isolation vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

samedi 8 mars 2014

Électricité au 1er étage (Salon / Cuisine)

Je m'attaque maintenant à l'électricité du salon, de la cuisine et du WC. Rien de bien différent par rapport à l'étage supérieur, je vous invite d'ailleurs à consulter l'article si ce n'est pas déjà fait.

Avant d'attaquer, il faut faire le plein !

En fait je vais juste comparer les deux niveaux. Pour celui-ci, cela a été globalement plus facile... Je dirais que ça vient des structures métalliques, la technique des fourrures fait que pour le moment je ne rencontre aucun obstacle pour passer les gaines...
Il faut dire également que l'agencement des pièces fait que c'est bien plus simple, et que les branchements se font en chaine...

Mise en place grossière des câbles

Les gaines rangées c'est mieux...

Un plafond bien rempli !


Par contre, j'ai utilisé beaucoup plus de câbles il me semble... Je dirais que c'est à cause des éclairages sur lesquels je n'ai pas lésinés, les télérupteurs, et tous les câblages multimédia...

La petite réserve



Ce travail peut se faire seul, mais à 2 c'est mieux, surtout dans les faux plafonds de brique... Par contre, pour tirer des câbles dans les gaines, être deux me parait indispensable !

En tout cas, ce fut un gros chantier mine de rien, mais c'était la partie la plus facile au niveau électricité, le raccordement de tout ça au tableau va être une autre paire de manches !

Ça ne va pas être drôle à câbler tout ça !


Maintenant, place à l'isolation !

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération de câblage vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

vendredi 7 mars 2014

Ossature cloison du salon et de la cuisine

Après pas mal de travaux préparatoires, j'ai enfin attaqué la mise en place des ossatures métalliques au 1er étage.

Précédemment, j'avais fait un montage de rails et de montants, que ce soit pour les cloisons intérieures, ou pour l'isolation des murs par l'intérieur. Tout simplement car je connaissais cette technique, et qu'elle était moins chère que d'autres solutions.

Mais pour la cage d'escalier, qui fait environ 5m de haut, faire tenir un rail central (donc à environ 2m50 du sol, sur un axe horizontal), cela me paraissait compliqué et surtout j'avais l'impression que ça relevait plus du bricolage à 2 balles qu'autre chose.

La cage d'escalier

J'ai donc opté pour une technique différente, à savoir l'utilisation d'appuis de maintien d'isolant et de fourrures F530. L'ensemble est plus cher que l'utilisation de montants, mais c'est mieux, et cela permet aussi d'utiliser des épaisseurs d'isolation supérieures à 50 mm, ce qui représente quand même globalement la majorité des cas.

Alors comment ça marche ? Il suffit de mettre des rails au sol et au plafond là où vous souhaitez voir la cloison.

Rail en haut et bas avec fourrure verticale qui vient se caler dedans...


Ensuite il faut fixer les appuis au mur en faisant des rangées sur la hauteur, rangées à espacer comme d'habitude de 60 cm pour permettre une fixation efficace des plaques de plâtre.
 
Appuie ISOVER

Une fois cette partie du travail effectuée, il faut installer électricité et isolation avant de continuer, enfin surtout l'isolation, pour l’électricité on peut toujours se débrouiller après. Rien ne vous empêche d'isoler dans un premier temps, mais pour l'étanchéité thermique, il est évident que c'est bien plus simple avant la pose des fourrures, de plus les appuis permettent d'embrocher les isolants pour les faire tenir.



Ensuite il suffit de mettre les cavaliers sur les entretoises (ce sont les 2 éléments composant les appuis), à vous de recouper les entretoises si celles-ci sont trop grandes. Ensuite il ne reste plus qu'à fixer les fourrures, calées dans les rails inférieurs et supérieurs, et le tour est joué !

Avant et après...

Petite précisions concernant les appuis. Sur un mur droit, la technique classique consiste à fixer une fourrures au mur de manière verticale, qui servent de support à vos appuis. Cela permet ensuite de varier s'il le faut la hauteur de ces derniers.
Mais si votre mur n'est pas droit, le système avec fourrure ne va pas convenir. Il existe donc des appuis à visser, et non à clipser. Vous mettez ces derniers à même le mur, puis vous les coupez pour ajuster la longueur. A couper d'ailleurs de préférence après la pose de l'isolant, car la pointe permet de bien embrocher ce dernier.
J'ai moi-même employé les 2 techniques.

Fixation d'une fourrure au mur pour soutenir les appuis

Contour de fenêtre terminé !

Un appui clipsé dans une fourrure


Sur l'ensemble de ce niveau, j'ai donc utilisé les 2 solutions, en fonction des contraintes qui m'étaient imposées.

Maintenant, passons à l'électricité !

Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

mercredi 11 décembre 2013

Ameublement

Les travaux avancent à leur rythme, mais ils ne sont pas encore terminés

Cela ne m’empêche pas de commencer à voir un peu plus loin et à m’imaginer dans ma maison. Quel mobilier ? Quel éclairage ? etc. J’ai quelques idées précises sur certains éléments, sur d’autres non.

De temps en temps, je parcoure donc le web pour me projeter un peu.

Dans le salon, je souhaite un lampadaire qui redescende vers le milieu du canapé. J’avais déjà trouvé des modèles de ce type qui me plaisent bien, c’est du genre plutôt old school, mais c’est bien revenu à la mode.

La semaine dernière, je suis tombé sur ce modèle bien sympa :



Du coup j’ai continué de parcourir ce site (http://www.retroeurope.com/fr/), qui propose pas mal de produits différents, tous design, avec un style un peu retro. J’aime d’ailleurs beaucoup la table basse en verre et bois :




Donc si ce style vous branche et que votre budget est adapté, vous pouvez vous rendre sur : http://www.retroeurope.com/fr/