lundi 3 juin 2013

Le placo au second (plaques de plâtre)

L'isolation étant en place, les gaines électriques étant tirées, je peux maintenant tout fermer avec des plaques de plâtre.

Premièrement, bien choisir les plaques ! Il existe des plaques normales, des blanches, des marrons, des plaques hydro vertes, des plaques flam rouges, etc. Un petit point s'impose :

La cloison normale : en général, on vous propose deux modèles, la plaque marron premier prix (du carton non traité quoi), et la plaque BA13 blanche. En termes de qualité, on peut bien sûr trouver de tout, mais globalement c'est la même chose. La différence se fait sur le fait que la marron nécessitera plus de peinture que le modèle blanc. Donc parfois l'économie que l'on fait sur la plaque, on la perd sur la peinture et le temps de travail, à méditer...

La plaque standard


La cloison pour pièce humide (ou lieu humide) : là on utilise la plaque hydro, généralement verte (enfin je n'ai jamais vu d'autre couleur). Cette plaque est plus résistante à l'humidité. Le côté vert est à mettre côté pièce. Cette plaque est donc usuellement utilisée dans les salles de bain, dans les WC, et à proximité de tout robinet, où de l'eau peut être projetée contre la cloison.

La plaque hydrofuge


La cloison flam plus connue sous le nom de Placoflam (mais là c'est le nom du marque) : cette plaque est rouge ou rose, elle est plus résistante que les standards à la chaleur. Elles se posent donc à proximité des plaques de cuissons, mais aussi de tous les points chauds (très chauds) produits par les poêles ou cheminées.

La plaque Placoflam©

Les plaques phoniques : généralement bleues, ces plaques sont censées réduire la diffusion du son par 3. Idéal pour les cloisons de chambres pour dormir au calme...

La plaque phonique

La cloison à carreler : il faut utiliser des plaques hydrofuges à carreler, en fibre de ciment. Généralement, on utilise ces plaques pour faire la cabine de douche.

La plaque à carreler hydro

Maintenant que nous avons fait le point, revenons chez moi :

Première étape, et non des moindre, amener les plaques sur le lieu d'installation. Pour cela, il a fallu monter 2 étages avec des parties très étroites. Les plaques font 2.5 m x 1.2 m, et pèsent aux alentours de 30 Kg. Pour pouvoir les rentrer dans la maison, il a fallu détruire le sas d'entrée.
Ensuite, après un calcul savant de trajectoire nous avons monté quelques dizaines de plaques en fournissant quelques efforts.

Le sas d'entrée démoli

Maintenant, rien de spécial à dire, c'est pas l'étape la plus compliquée des travaux. Il faut prendre les mesures de hauteur, couper le surplus, et plaquer le placo contre les montants. Après on fixe tout cela avec les vis à placo, et le tour est joué !

Voici quelques plaques de posées dans la chambre.


Le seul petit conseil que je peux donner c'est de ralentir la visseuse lorsque la tête de vis s'apprête à rentrer dans la plaque, ça évitera de l'abîmer, mais surtout de la traverser entièrement.

Pour terminer, sachez juste qu'il existe des plaques de 60 cm au lieu de 120 cm, ce qui peut permettre par exemple de pouvoir les monter dans un grenier, par contre elles sont 2 fois plus chères...
Il existe même maintenant des plaques de 60 cm qui se plient en deux. Faciles à transporter (elles tiennent facilement dans une voiture), et faciles à amener dans un endroit exigu...


Vous pensez ne pas être capable de réaliser cette opération vous-même ?
Faites appel à un artisan en demandant des devis gratuits et sans engagements en seulement 5 minutes !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire